Catacombes.

Il faudrait au moins 3 pages pour expliquer les "Katas" mais en voici une présentation succincte...

 

Ce que l'on appelle à tort les "catacombes" sont en fait des carrières de calcaire.

Ces carrières existaient déjà du temps des romains, mais elles étaient exploitées à ciel ouvert. Depuis le Moyen-Age, pour ne pas empiéter sur les surfaces agricoles, elles sont souterraines.

C'est de ces carrières qu'on a extrait les pierres qui ont bâti Paris (Notre Dame, Sacré Coeur...)

A l'époque de leur exploitation, environ de 1300 à 1600, il n'y avait rien au dessus que des champs et de la forêt.

Puis on les oublia pendant près de 200 ans mais Paris ne cessait pas de s'étendre.

Quand en 1774, le 17 Décembre à 15h précisément, un effondrement gigantesque engloutit plusieurs immeubles de la rue Denfert...

Conséquences de cela, en Avril 1777, l'Inspection Générale des Carrières est créée par décret royal avec à sa tête l'architecte de Louis XVI, Charles-Axel Guillaumot.

L'IGC a pour mission de répertorier tous les vides de carrières sous Paris et de les consolider.

Pour cela des murs et des piliers sont érigés sous les rues de Paris.

A partir de ce moment, les vides souterrains très vastes se transformèrent en un réseau complexe de galeries représentant près de 300 km.

Le cimetière des Innocents a longtemps été le seul de Paris, d'abord loin de la ville puis avec le temps, progressivement entouré par les quartiers en plein essor de la ville lumière.

Au XVIIIème siècle, ce cimetière (qui recevait les morts de la capitale depuis déjà treize siècles) était en saturation.

Les morts s'entassaient, à peine recouverts par quelques pelletées de terre et les problèmes de salubrité et les épidémies ne se firent pas attendre.

C'est alors qu'en 1786 la décision est prise de transférer tous ces cadavres dans les vides de carrières. Chaque nuit des cortèges funèbres transportent les morts jusqu'aux puits d'accès aux carrières, et ce à la lueur des lanternes et au son du chant des morts.

Pendant plusieurs années ce sont ainsi plus de 6 millions de dépouilles à l'état d'ossements qui sont transférées dans les carrières qui prirent le nom de catacombes en référence aux catacombes de Rome.

De nos jours des passionnés appelés "kataphiles" ne cessent de descendre sous Paris pour des raisons très diverses comme l'intérêt historique, la recherche de solitude, le refus de la société, le besoin d'être en communauté, la pratique de l'art contemporain (sculptures, fresques et autres) ou de la photographie...

Ces kataphiles ont leurs codes, leurs coutumes, une solide connaissance du réseau et sont en général très discrets sur leurs activités souterraines.

N'oublions pas que descendre dans les catacombes ou les carrières sous Paris est interdit par un arrêté municipal datant du 2 Novembre 1955 et toujours en vigueur..

 

Ce site est affilié au collectif des

Déglingos Réunis

 

Dernière mise à jour

19 avril 2018

Les photos figurant sur ce site ne sont pas libres de droits.

Leur reproduction partielle ou totale est interdite.